Business Immo, le site de l'industrie immobilière

Un marché immobilier dynamique mais pas en surchauffe dans les grandes villes (MeilleursAgents)

En partenariat avec

© TTstudio/Fotolia

Le marché immobilier des grandes villes est plus fluide et dynamique mais sans surchauffe selon la dernière édition du baromètre de MeilleursAgents. Les acheteurs sont déterminés et disposent de plans de financement validés dès le début de leur recherche. Les vendeurs ne sont pas nombreux et les stocks de biens à vendre s’amenuisent : voilà pourquoi les prix montent.

Avec +1 % en juin et +8 % sur 12 mois, les prix parisiens moyens restent en deçà des 9 000€ annoncés par certains. A 8 800€ du m² en moyenne, le marché immobilier parisien dépasse tout juste ses niveaux de 2011 « sans spéculation ni emballement ».

« Dans les départements limitrophes, la dynamique est comparable à celle de Paris mais un ton plus bas, observe Sébastien de Lafond, président de MeilleursAgents. Quand les prix augmentent de +1 % en juin à Paris, ils progressent de +0,5 % en Petite Couronne et de +0,2 % en Grande Couronne. Sur un an, la tendance est identique : +3,4 % en Petite Couronne (environ la moitié de l’augmentation parisienne : +8%) et +0,9 % en Grande Couronne »

En Province, de Marseille (+0,4 %) à Strasbourg (+1,1 %) et de Toulouse (+0,5 %) à Lyon (+1,2 %), les prix ont continué d’augmenter au mois de juin dernier. Seules les villes de Montpellier (-0,5% en un mois) et Lille (-0,1%) se sont orientées à la baisse

« De tout le marché français, Bordeaux est l’exception majeure, souligne Sébastien de Lafond. Avec +12,2 % en un an, +9,7 % depuis le début de l’année et encore +0,8 % sur le seul mois de juin, la ville s’emballe et son marché immobilier est en réelle surchauffe. Après avoir attiré nombre de parisiens soit pour y travailler, y vivre ou y investir, Bordeaux et son marché de plus en plus étroit deviennent de moins en moins attractifs. Attention à la surchauffe estivale et aux désillusions de la rentrée ».

A l’opposé, de nombreuses villes moyennes et petites sont à la peine, voient leurs prix toujours orientés à la baisse et leur marché immobilier en panne, note MeilleursAgents.

Business Immo