Les réponses des centres commerciaux aux défis de l’obsolescence

L’obsolescence n’est plus un mot tabou, synonyme de déclassement et de dévalorisation que l’on voit poindre sur ses actifs. L’obsolescence n’est pas une menace mais un gisement d’opportunités parfois insoupçonnées.
Après les années fastes de la construction de nouveaux mètres carrés commerciaux, l’industrie française de l’immobilier commercial est entrée dans une nouvelle dimension, celle du nécessaire renouvellement. Plans de travaux, repositionnement, consolidation de l’offre, stratégie marketing et digitale : l’avenir du centre commercial en particulier et du genre commercial en général passe par la révolution qui se trame entre leurs murs.
Cette révolution se joue sur tous les formats. Les hypermarchés qui redécouvrent les vertus de leurs galeries marchandes en région. Les jumbos – toujours plus jumbos et toujours plus beaux – qui n’en finissent pas de se relifter, de se repenser à l’aune des profonds mouvements structurels touchant la consommation et la distribution. Les grands magasins qui ont, plus que jamais, un rôle à jouer dans la redistribution des cartes du commerce de demain. Les entrées de ville, enfin, qui ont compris, sans doute un peu avant les autres à la faveur de quelques visionnaires, que le commerce avait valeur – aussi – d’acteur social et économique. Tous les formats commerciaux ne seront donc pas épargnés par l’écueil de l’obsolescence. La rédaction de Business Immo a enquêté, pour vous, sur la parade des hérauts du secteur.

Dossier mis à jour le 19 juin 2017