Business Immo, le site de l'industrie immobilière

Le bouleversement attendu de la prise en charge à domicile des personnes âgées - Quelles perspectives d'ici 2022 pour le marché et le jeu concurrentiel à l'aube de la transformation des parcours résidentiels et de la fin du "tout-EHPAD" ?

Publié le

Une étude produite par

Le bouleversement attendu de la prise en charge à domicile des personnes âgées - Quelles perspectives d'ici 2022 pour le marché et le jeu concurrentiel à l'aube de la transformation des parcours résidentiels et de la fin du "tout-EHPAD" ?

Selon une étude Xerfi, l’ère du « tout-EHPAD » touche à sa fin. Avec la volonté des pouvoirs publics de privilégier une « approche domiciliaire » du grand âge pour répondre aux attentes d’une majorité de seniors de bien vieillir chez eux mais aussi pour limiter le coût de la dépendance pour les finances publiques (24 milliards d’euros par an), la donne commence à changer. C’est d’autant plus vrai que le nombre de personnes âgées dépendantes va exploser entre 2030 et 2045 pour doubler d’ici 2060. De quoi ouvrir la voie à des parcours hybrides (maintien à domicile, hébergements intermédiaires et séjours plus ou moins longs en maison de retraite). De nouveaux parcours dans lesquels les acteurs du domicile jouent incontestablement un rôle croissant avec des interventions plus lourdes, plus longues et aussi bien plus nombreuses. Pour autant, l’évolution de l’activité est variable selon les catégories d’opérateurs. Le chiffre d’affaires des SAAD (structures de services d’aide à domicile) devrait ainsi s’apprécier de 5% par an en moyenne entre 2019 et 2022, selon les calculs des experts de Xerfi Precepta. Avec la transformation du CICE en baisse de charges et en l’absence de refonte de leur système de tarification, leurs marges risquent toutefois de se dégrader dès 2019. Pour les SSIAD (services de soins infirmiers à domicile), l’avenir dépendra de leur tarification. En cas de statu quo, les créations de places en SSIAD seront uniquement envisagées par des structures sanitaires désireuses de fluidifier leurs prises en charge et bon nombre d’établissements se transformeront en SPASAD (services polyvalents d’aide et de soins à domicile) pour combiner soins infirmiers et à domicile (et ainsi être rentable). Pour les structures d’HAD (hospitalisation à domicile), le futur s’annonce lui très porteur. Grâce aux nombreuses évolutions réglementaires, le marché de l’HAD bondira en effet de 7% par an en moyenne d’ici 2022 pour dépasser 1,4 milliard d’euros, pronostiquent les experts de Xerfi Precepta. 

Vous souhaitez lire cette étude ?

Elle est réservée à nos abonnés.