Le logement des personnes agées à Paris

Publié le

Une étude produite par

Comme la quasi-totalité des pays développés, la France connaît, depuis les années 70 et 80, un important vieillissement de sa population. Ce phénomène est appelé à se poursuivre, sous l’effet conjugué de l’accroissement de l’espérance de vie et de l’arrivée à l’âge de la retraite de la génération des « baby boomers».

Ainsi, d’après les projections de l’INSEE, la part des plus de 65 ans dans la population française devrait s’élever à 26,2 % en 2050, contre quelques 16,7 % en 2010 – et 11,4 % en 1950.

Ce processus est moins marqué à Paris que sur le reste du territoire national. Avec, en 2006, quelques 307 000 parisiens âgés de 65 ans ou plus, soit 14 % de sa population totale, la capitale figure parmi les départements qui comptent les plus faibles parts de seniors. Alors qu’elle augmentait dans le reste du pays, cette proportion a baissé entre les années 70 et 90, la capitale attirant de nombreux jeunes ménages, quand une part des parisiens âgés choisissait au contraire de quitter la ville au moment de la retraite. Le vieillissement de la population parisienne amorcé à la fin des années 90 devrait néanmoins se poursuivre, compte tenu de l’avancée en âge des « baby boomers » et de la diminution des migrations à l’âge de la retraite enregistrée depuis une dizaine d’années.

Source : ADIL 75 (Agence départementale d'information sur le logement 75)

Vous souhaitez lire cette étude ?

Elle est réservée à nos abonnés.



Mots-clés : Adil 75, INSEE

Sur le même thème