Property Times

Production de bureaux en Ile-de-France 2013 - 2016 : livraisons massives en 2013

Publié le

Une étude produite par

Seuls 415 300 m² de bureaux ont été livrés cette année, dont 138 000 m² sont encore à commercialiser. Il en en résulte une résorption du stock des surfaces de bureaux neufs de plus de 5 000 m² de près de 40% avec, début 2013, seulement 423 900 m² disponibles sur ce type de surfaces. Ce niveau relativement faible est la conséquence directe du ralentissement des mises en chantier en 2010.

Les disponibilités dans les opérations tertiaires en chantier sont, elles aussi, moins nombreuses, avec 941 900 m² de bureaux recensés fin 2012 contre 1,3 million de m² fin 2011. Ce moindre volume est lié au niveau élevé de précommercialisation avec plus de la moitié des surfaces en projet en effet déjà réservée. Cette règle du lancement conditionné au positionnement préalable d’un utilisateur devient la norme, que ce soit en Première ou Deuxième Couronne (80% de précommercialisation) mais également dans le Croissant Ouest (60%).

L’autre mutation durable de la production de surfaces tertiaires de grande envergure est la prise en compte systématique de la notion « verte » dans les programmes tertiaires. Ainsi, plus de 80% des surfaces livrables disposent soit d’une certification verte ou soit d’un label de performance énergétique. Une tendance au cumul de ces différents atouts et garanties « vertes » se dessine très nettement et devient même une condition nécessaire à l’accès aux financements pour certains investisseurs.

L’attrait des utilisateurs pour les surfaces neuves, qui se dessinait déjà l’an dernier, se confirme cette année. Plus de la moitié des mouvements sur le créneau des surfaces supérieures à 5 000 m² se sont réalisés sur des surfaces neuves en 2012. Le choix de la localisation répond essentiellement à leurs capacités financières avec, en toile de fond, une rationalisation des coûts d’occupation. L’avantage est aujourd’hui clairement à la Première Couronne et ses valeurs locatives compétitives...C’est là une difficulté supplémentaire pour les livraisons futures attendues dans le Croissant Ouest et à La Défense.

Source : DTZ (Groupe UGL)

Vous souhaitez lire cette étude ?

Elle est réservée à nos abonnés.



Sur le même thème