Property Times

Paris : demande placée en recul malgré Balard - 4T 2012

Publié le

Une étude produite par

Malgré la transaction de tous les records du Ministère de la Défense (135 000 m²) dans le 15ème arrondissement, le marché parisien enregistre, avec 851 800 m² commercialisés en 2012, une baisse de 10% de sa demande placée.

A l’exception de Paris 18/19/20, qui bénéficie d’un rebond technique après une année 2011 difficile, et de Paris 14/15 où s’est signée la transaction du Ministère de la Défense, tous les sous-secteurs parisiens ont été touchés par le recul de l’activité, dans des proportions allant de -12% pour Paris Centre Ouest (QCA inclus) à -57% pour Paris 12/13.

La baisse de la demande placée a également été actée sur l’ensemble des segments de surfaces. Les commercialisations de petites et moyennes surfaces se sont contractées en un an de 10% et 18% respectivement. Les transactions d’envergure ont également fait défaut, avec 15 mouvements supérieurs à 5 000 m² en 2012, contre 26 en 2011.

Malgré un volume de commercialisation moins important qu’en 2011, les valeurs locatives restent, dans l’ensemble, orientées à la hausse, avec un loyer prime qui atteint 820 €/m²/an dans le QCA.

Le stock d’offre immédiate reste stable, à 737 000 m² fin décembre 2012, soit un taux de vacance de 4,5%. Les offres de qualité et de grand gabarit restent rares sur la capitale. Les surfaces de première main ne représentent que 15% du stock immédiat, soit à peine 100 000 m² de bureaux.

Les livraisons de bureaux ont atteint leur point bas en 2012, avec à peine 75 000 m² inaugurés sur la capitale, soit deux fois moins que les volumes observés entre 2005 et 2009. Elles devraient reprendre dès 2013 avec déjà près de 150 000 m² en chantier.

Source : DTZ (Groupe UGL)

Vous souhaitez lire cette étude ?

Elle est réservée à nos abonnés.



Sur le même thème