Property Times

Les bureaux en France : demande placée stable - Bilan 2012

Publié le

Une étude produite par

Avec 3,4 millions de m² de bureaux commercialisés en 2012, le marché des bureaux français enregistre un volume de demande placée équivalent à celui de 2011. Après un premier semestre atone, avec à peine 1,4 million de m² transactés, le rebond a été spectaculaire sur la seconde partie de l’année.

Peu de changements sont à noter quant à la distribution de la demande placée par marché. L’Ile-de-France concentre toujours 70% de la demande placée nationale. Parmi les principaux marchés régionaux, Lyon reste le plus important en termes de volume, avec 184 000 m² placés, malgré un recul de près de 30% d’une année sur l’autre. A l’inverse, Lille, Rennes et surtout Marseille affichent des performances en forte hausse, 22% pour les deux premières et même 68% pour la cité phocéenne.

D’une manière générale, les transactions d’envergure et les déménagements d’entreprises publiques ou parapubliques, principaux piliers du marché en 2011, ont fait défaut cette année en Province.

La plupart des marchés régionaux voient leur activité bridée par une offre insuffisante et souvent en décalage avec les attentes des utilisateurs. Une part croissante du parc tertiaire en région est aujourd’hui obsolète. A quelques exceptions près, les taux de vacance se distribuent dans une fourchette allant de 2% sur les marchés les moins profonds à 7% sur les marchés plus matures.

Les valeurs locatives sont restées stables dans l’ensemble, avec une fourchette qui s’élargit entre des surfaces de seconde main obsolètes et des bâtiments neufs de nouvelle génération qui tirent à la hausse les valeurs prime, comme à Marseille sur le périmètre d’Euroméditerranée.

Source : DTZ (Groupe UGL)

Vous souhaitez lire cette étude ?

Elle est réservée à nos abonnés.



Sur le même thème