Property Times

France entrepôts : un marché qui s'essouffle - 4T 2012

Publié le

Une étude produite par

Avec 1,8 million de m² de demande placée à l’échelle nationale, le marché français des entrepôts supérieurs à 10 000 m² enregistre une baisse de 36% de son volume de commercialisation en un an.

A l’exception notable du marché lyonnais, qui poursuit sa progression de façon régulière avec 372 000 m² placés en 2012 (+16% en un an), l’ensemble des autres marchés de la dorsale Nord-Sud ont enregistré des baisses plus ou moins marquées de leur activité, avec en point d’orgue un marché francilien en recul de 58% en un an, avec à peine 500 000 m² commercialisés.

Les marchés périphériques, en baisse de 25% en un an dans leur ensemble, ont connu des fortunes diverses entre, d’un côté, les marchés bordelais, alsacien et normand en forte progression et, de l’autre, les marchés toulousain ou breton atones après une année 2011 pourtant dynamique.

Les grandes opérations en compte-propre ou en clé-en-main sont restées le principal pilier du marché en 2012, avec en tête l’opération record d’Amazon à Lauwin-Planque (62) pour 99 500 m². Les chargeurs, et plus particulièrement les acteurs de la grande distribution, ont été les principaux animateurs du marché à l’instar de maisons du Monde à St-Martin-de-Crau (13) pour 72 800 m² ou de Darty à Pusignan (59) pour 59 500 m².

L’offre disponible ne progresse plus sur aucun des marchés étudiés. La situation devient même tendue sur certains, avec une offre insuffisante et en décalage croissant avec les attentes d’utilisateurs à la recherche des derniers standards. L’inadéquation de l’offre y obère la relance de toute dynamique de marché.

Le marché de l’investissement, atone au 1er semestre, a fortement rebondi sur la deuxième partie de l’année à la faveur de plusieurs transactions sur des portefeuilles d’envergure. Ainsi, après avoir acquis un portefeuille de Gecina au 3ème trimestre pour plus de 200 millions d’euros, Blackstone a récidivé au 4e trimestre en investissant une somme équivalente dans un portefeuille d’actifs vendus par Prologis.

Source : DTZ (Groupe UGL)

Vous souhaitez lire cette étude ?

Elle est réservée à nos abonnés.



Sur le même thème