Point de conjoncture Logement

Des prix qui résistent à une baisse inévitable, mais des volumes en fort repli - 3T 2012

Publié le

Une étude produite par

Le contexte économique a lourdement pesé, au cours du trimestre, sur le marché résidentiel, accroissant le recul d’activité constaté depuis le début de l’année. Pour autant, les facteurs endogènes, liés à l’attitude même des acteurs du marché, prennent peu à peu une place prépondérante dans l’évolution du secteur.


La perspective, pour les prochains mois, d’une croissance stagnante, et par conséquent d’une augmentation continue du chômage, demeure l’élément le plus anxiogène du moment, à lui seul capable de paralyser les décisions d’achat ou de mise en vente. S’y ajoute une distribution de crédits à l’immobilier limitée par les exigences des dispositifs Bâle II et Bâle III, qui conduisent les financeurs à sélectionner les meilleurs profils d’emprunteurs et à limiter les durées de financement, au détriment des accédants les plus modestes.


L’insuffisance de constructions neuves – on devrait finir l’année sur un chiffre proche de 360 000 logements mis en chantier, très loin des 500 000 logements souhaitables – a aggravé encore le déséquilibre entre offre et demande dans les zones tendues, interdisant toute détente réelle des prix et des loyers.

Source : Crédit Foncier Immobilier

Vous souhaitez lire cette étude ?

Elle est réservée à nos abonnés.



Sur le même thème