Le marché français du logement - 3T 2012

Publié le

Une étude produite par

40 700 logements neufs vendus au 1er semestre 2012, se répartissant de manière équivalente entre les deux trimestres, représentant un recul sensible de 14%.

C’est le résultat d’une part du fort attentisme des acquéreurs occupants lié au contexte macro-économique dégradé et aux prix élevés des biens dans les zones les plus prisées et, d’autre part, du désintérêt des investisseurs pour l'acquisition de biens destinés à la location, faisant suite au durcissement fiscal (progressif abandon du dispositif Scellier, forte réduction de l’abattement sur les plus-values immobilières des résidences non principales, augmentation des taux de prélèvements sociaux sur les revenus du capital).

Source : Amundi Asset Management

Vous souhaitez lire cette étude ?

Elle est réservée à nos abonnés.



Sur le même thème