L'industrie Hôtelière Française en 2011

Publié le

Une étude produite par

Durement touchée par la crise financière qui a suivi la crise des subprimes en septembre 2008, l’économie mondiale a connu une forte décroissance en 2009. 2010 a été l’exercice de la consolidation et de la reprise économique mondiale qui s’est traduit par un redressement des échanges commerciaux, une croissance positive, mais modérée dans les pays occidentaux, ainsi qu’une croissance rapide dans les pays émergents. Suite aux difficultés rencontrées par les marchés internationaux du crédit et des nombreux marchés de change, la crise s’est propagée aux pays émergents par les circuits financiers. Et si 2010 est une année de consolidation, le commerce international ne s’est pas totalement rétabli et observe actuellement une reprise disparate :

- En Europe, la crise de la dette souveraine menace une reprise fragile en accélérant le calendrier de l’ajustement budgétaire.

- Aux États-Unis, la demande intérieure peine à prendre le relais des dépenses publiques. Partout, la hausse du chômage et l’accès plus difficile au marché du crédit limitent les perspectives de croissance.

- A contrario, la crise n’a fait que ralentir l’activité des pays émergents : ces derniers ont déjà retrouvé des rythmes de croissance proches de ceux observés en 2006 / 2007, et ce, au risque d’une surchauffe et d’une inflation croissante.

Les pays émergents se sont donc imposés comme les moteurs de la croissance mondiale, ce qui permet au FMI de laisser inchangée sa prévision de croissance à 4,4% en 2011, après 5% en 2010 et prévoit même une croissance relativement positive au sein de la zone euro.

Source : KPMG

Vous souhaitez lire cette étude ?

Elle est réservée à nos abonnés.



Mots-clés : KPMG, INSEE

Sur le même thème

Etudes
Articles
Transactions