Le Point sur

Dépense en logement en 2012 : rebond des dépenses courantes et maintien de l'investissement en logements neufs

Publié le

Une étude produite par

En 2011, le poids des dépenses courantes en logement dans le budget des ménages recule de 0,3 point en raison à la fois de conditions climatiques particulièrement clémentes et d’un nouveau ralentissement des prix des loyers. La dépense en logements neufs a rebondi, dynamisée notamment par l’effort accru d’investissement des bailleurs sociaux, tout comme le rythme des transactions dans l’ancien, qui a retrouvé son niveau d’avant-crise. Les aides publiques au logement atteignent 2,25 % du produit intérieur brut (PIB).

L’année 2012 semble moins favorable. Certes, la construction neuve de logements collectifs se poursuit, maintenant ainsi la dynamique de l’investissement à un rythme proche de 2011 ; mais les mises en chantier sont clairement orientées à la baisse, tout comme les travaux de gros entretien et d’amélioration ainsi que les transactions dans l’ancien, qui réagissent en phase avec le ralentissement de la croissance économique française.

Les dépenses courantes devraient subir, en 2012, une nette accélération due au rebond des dépenses d’énergie de chauffage et à l’accélération des prix des loyers. Ces facteurs pèsent sur les budgets des ménages dont le revenu disponible est déjà affecté par la hausse du taux de chômage et des prélèvements obligatoires. Le resserrement de l’ensemble de ces contraintes pèse également sur les travaux d’entretien amélioration.

Source : Ministère de la transition écologique et solidaire

Vous souhaitez lire cette étude ?

Elle est réservée à nos abonnés.



Sur le même thème

Etudes
Articles
Transactions