La construction neuve dans le Finistère

Publié le

Une étude produite par

En 2010, l’observatoire de l’habitat en Finistère détectait les prémices d’une amélioration et espérait une sortie de crise, après le recul en 2009 de toutes les composantes du marché du logement.

L’année 2011 s’est effectivement inscrite dans une dynamique de reconquête du terrain perdu. La construction neuve a retrouvé des couleurs, de même que les ventes de maisons dans l’ancien. Les prix ne fléchissent pas. Néanmoins les premiers indicateurs disponibles pour 2012 montrent qu’il ne s’agit pas d’une sortie de crise mais d’un sursaut et que les perspectives 2012-2013 sont moins favorables.

Le volume des ventes de terrains à bâtir est d’ailleurs en baisse en 2011 tandis que les prix poursuivent leur progression. La taille des terrains s’amenuise, ce qui joue un rôle dans l’augmentation des prix du fait des charges fixes d’aménagement.

Le marché de l’occasion se caractérise par une plus grande stabilité en 2011. Il bénéficie sans doute du report d’investisseurs moins attirés par le neuf du fait de la réduction très significative des avantages fiscaux. Les professionnels envisagent une baisse des transactions au deuxième semestre 2012. Ils escomptent de l’abattement fiscal supplémentaire bénéficiant aux résidences secondaires en 2013 une relance du marché.

L’enjeu de la réhabilitation du parc ancien de centralité, dans un contexte de recul de la construction neuve, apparaît de plus en plus stratégique. Le nombre de logements sociaux est en progression. Le Finistère affiche en 2012 un délai d’attente tout à fait raisonnable. Le parc social doit cependant faire face à une paupérisation marquée des ménages demandeurs.

Le point central et crucial pour l’année 2013 sera bien évidement la question de la pérennité d’un système de défiscalisation en Finistère. L’abandon d’un tel mécanisme perturberait la capacité de production dans le collectif neuf, ce qui toucherait l’ensemble de la construction.

L’avenir du logement neuf locatif privé, la maîtrise des prix du foncier, le devenir du parc ancien face au coût de sa réhabilitation... Autant de questions qui animent les débats de l’Observatoire de l’Habitat en Finistère.

Source : ADEUPa Brest

Vous souhaitez lire cette étude ?

Elle est réservée à nos abonnés.



Mots-clés : ADEUPa Brest

Sur le même thème