Cartographie des pratiques environnementales

Une étude produite par

Dans un contexte de pression réglementaire (réglementations thermiques sur le neuf et l’existant, loi sur l’obligation de rénovation du parc tertiaire…), les acteurs du panel intègrent de plus en plus la performance énergétique dans leur gestion technique. A minima, l’acquisition d’actifs neufs et le remplacement d’équipements anciens par des équipements plus récents et donc plus efficaces d’un point de vue énergétique, améliore naturellement la performance environnementale des fonds. Pour les restructurations, labels énergétiques et certifications environnementales sont systématiquement recherchés dès lors que l’actif est en concurrence avec une offre neuve certifiée (grandes surfaces de bureaux en Ile-de-France).

Au-delà de ces actions, un tiers des gérants a structuré en interne des outils d’analyse environnementale de leurs actifs en exploitation. Dans un premier temps, les acteurs réalisent des photographies de leur portefeuille au travers d’audits énergétiques. Dans un second temps, ils cherchent à suivre la performance réelle au travers de la collecte de factures et de la mise en place de télérelevés. Pour autant, les gérants prenant en compte simultanément des considérations environnementales, sociales et de gouvernance dans le cadre de leur acquisition et de leur exploitation restent rares.

Source : Novethic

Vous souhaitez lire cette étude ?

Elle est réservée à nos abonnés.



Sur le même thème