95 000 Haut-Normands vivent dans un logement suroccupé

Publié le

Une étude produite par

Le mal-logement peut recouvrir de multiples formes. L’une d’entre elles est la suroccupation des logements, en référence à la place disponible ou à l’intimité pour un ménage). Le recensement permet de mesurer cette dimension de l’intimité en rapprochant le nombre de pièces du logement de la composition du ménage qui l’occupe. Par définition, cela ne concerne pas les personnes vivant seules, mais les ménages de deux personnes ou plus.

Afin qu’un logement ne soit pas trop petit pour ses occupants, il doit se composer d’au moins une pièce de séjour, une pièce pour chaque couple, une pièce pour chaque autre adulte ayant 19 ans ou plus, une pièce pour deux enfants s'ils sont de même sexe ou ont moins de 7 ans, et une pièce par enfant sinon. Si tel n’est pas le cas, on parle de logement suroccupé.

Source : INSEE

Vous souhaitez lire cette étude ?

Elle est réservée à nos abonnés.



Mots-clés : INSEE