Conjoncture logement

Publié le

Une étude produite par

Cinq cent mille nouveaux logements par an, dont 150 000 logements sociaux. Au-delà du symbolique, l’engagement de campagne présidentiel avait, une fois de plus, situé l’ampleur des besoins du pays. Associations, élus et professionnels estiment que pour répondre aux attentes des Français, et commencer de rattraper ce qui constitue un véritable retard national, les volumes nécessaires sont de cet ordre.

Mais chacun sait aussi que ce cap des 500 000, régulièrement évoqué, n’a plus été atteint depuis longtemps et que le rythme actuel s’en éloigne : après 380 000 mises en chantier en 2011, on sera à 320 000 à fin 2012 et encore en dessous en 2013. Il s’agit donc, pour inverser la tendance, d’agir fortement, et dès maintenant.

À cette aune, les mesures pour l’heure annoncées et celles programmées, si elles vont dans le bon sens, ne suffisent pas. La mise à disposition de terrains de l’État, l’augmentation de 20 % à 25 % du taux de logements sociaux dans les communes de plus de 3 500 habitants, la création d’un nouveau dispositif fiscal succédant au Scellier, ajusté pour porter l’effort sur les zones tendues et les locataires à revenus modestes, sont des mesures nécessaires, utiles, mais insuffisantes.

Source : Nexity

Vous souhaitez lire cette étude ?

Elle est réservée à nos abonnés.



Sur le même thème