Note de conjoncture

Un recul du volume des transactions moins marqué

Publié le

Une étude produite par

Après une année 2012 peu favorable, l’économie française reste à l’arrêt début 2013. En réaction à la montée du chômage et à l’augmentation des prélèvements obligatoires, la confiance des ménages s’érode au cours du 1er trimestre 2013. Dans ce contexte de crise, le marché immobilier est également affecté par une fiscalité moins favorable et par la frilosité des banques à accorder des crédits aux acquéreurs potentiels, les exigences d’apports personnels continuant de se renforcer.

La crise que connaît le marché de l’immobilier en France depuis le début de l’année 2012 s’intensifie : le recul du chiffre d’affaires global des agents immobiliers et administrateurs de biens s’établit à - 18 % au 1er trimestre 2013 par rapport à la même période de l’année précédente. Le rythme annuel d’évolution continue sa chute et frôle - 15 % à l’issue de la saison hivernale. Le 1er trimestre 2012 avait été artificiellement boosté par le changement du régime des plus values qui prenait fin le 1er février.

En dépit de taux de crédit toujours de plus en plus bas, les ventes en valeur de logements neufs ou anciens marquent une stabilisation de la baisse au 1er trimestre 2013. Le recul du volume des transactions apparait désormais moins marqué que la baisse du chiffre d’affaires, et ce tant pour la vente que pour la location. Le nombre de transactions conclues par les agents immobiliers baisse néanmoins très sensiblement en ce qui concerne les ventes, à hauteur de - 16 %. Le fléchissement s’avère limité pour les locations : - 2 % sur la période. Le différentiel valeur-volume se révèle négatif pour ces deux segments, ce qui confirme la baisse des prix annoncée par les intervenants de la profession et relayée par les médias fin 2012.

Cette diminution observée des prix de vente a pour effet d’impacter les chiffres d’affaires et de créer de l’attentisme chez les acquéreurs potentiels.

Source : SNPI

Vous souhaitez lire cette étude ?

Elle est réservée à nos abonnés.