Property Times

Bureaux France : Mi-figue, mi-raisin - 1S 2013

Publié le

Une étude produite par

Le contexte économique aura finalement eu raison de la résistance du marché des bureaux. Après un 2nd semestre 2012 où près de 2 millions de m² avaient été commercialisés, la demande placée recule pour s’établir à 1,3 million de m² au 1er semestre 2013. La demande, exprimée par des entreprises plus attentistes, est fragile et manque à l’appel sur certains marchés comme à Toulouse, Bordeaux ou encore Marseille. De son coté, le secteur public achève la réorganisation de ses implantations et procède aujourd’hui à des ajustements plus qu’à de grands mouvements. Cela implique donc pour les marchés régionaux de trouver un relais de croissance dans le secteur privé.

L’offre immédiate de bureaux en France a enregistré une hausse de 5% en 6 mois et s’établit à 5,5 millions de m² mi-2013. Les disponibilités de première main sont orientées à la baisse en régions alors qu’elles continuent de progresser en Ile-de-France (+4% en 6 mois). Les mises en chantier ont sensiblement marqué le pas, asséchant le stock neuf qui se résorbe donc lentement mais sûrement. A l’inverse, le stock de seconde main s’alourdit et s’élève à quelque 4,1 millions de m² dont 2,9 millions en Ile-de-France. Outre son volume, c’est davantage l’adéquation de cette offre avec la demande qui inquiète. Les attentes des entreprises ont profondément changé, disqualifiant ainsi une part croissante du stock existant.

Le ralentissement de la demande n’a pour l’instant pas d’effet sur les valeurs locatives de première main, compte-tenu de la faiblesse des stocks existants et du faible volume d’opérations lancées en blanc. Il en va différemment des loyers des surfaces de seconde main, abondantes sur certains marchés comme à Toulouse, Bordeaux ou Strasbourg. Les ajustements des valeurs de ces locaux sont en cours avec déjà des baisses de 5 à 10% depuis le début de l’année selon les marchés. Sans reprise franche des commercialisations sur les 6-12 prochains mois, il faudra s’attendre à d’autres corrections.

Coté investissement, les volumes de transaction sont en progression de 7% en un an et près d’1,4 milliard d’euros auront été investis hors Ile-de-France au 1er semestre 2013. Le segment des actifs tertiaires concentre 37% du volume total des montants investis, suivi par les commerces (33%) et les locaux industriels. Au palmarès des régions, la région Rhône-Alpes arrive en 1ère position des marchés régionaux, avec près de 40% des investissements réalisés hors Ile-de-France au 1er semestre 2013, soit 550 millions d’euros investis.

Source : DTZ (Groupe UGL)

Vous souhaitez lire cette étude ?

Elle est réservée à nos abonnés.



Sur le même thème