Magasins et Internet : l’interdépendance imposée par les consommateurs

Publié le

Une étude produite par

2014 débute sous de meilleurs auspices pour l’économie européenne. Quelques pays sont repartis en (légère) croissance après plusieurs trimestres de récession. Le chômage se stabilise et, dans certains cas comme en Espagne, commence même à reculer. L’Europe est-elle en train de voir le bout du tunnel ? Après cinq années de crise, les Européens veulent y croire. Ainsi, comme le révèle L’Observatoire Cetelem 2014, pour la première fois depuis 2008, leur moral remonte. Mieux, ce regain d’optimisme permet à 40 % des Européens d’envisager une augmentation de leur consommation en 2014, contre 33 % l’an dernier.

Mais ces années de crise ont profondément changé les habitudes de consommation. De nouveaux comportements apparaissent. Comme nous l’avions évoqué l’an dernier, la consommation collaborative
prend de l’ampleur. Le consommateur, qui est en perpétuel mouvement avec des exigences toujours croissantes, fait bouger les lignes du commerce. Ainsi, la fréquentation des magasins physiques a souffert, tandis qu’Internet s’est joué de la crise. D’ailleurs, pendant longtemps, le Web a été perçu comme une menace pour les points de vente. Et pour cause : la montée en puissance spectaculaire et irrésistible du e-commerce a déstabilisé un certain nombre d’enseignes. Pour autant, la question de savoir si Internet peut menacer l’existence des magasins est aujourd’hui dépassée. En effet, comme le révèle L’Observatoire Cetelem 2014, les consommateurs ont tranché : ils veulent et Internet et les magasins. Ils imposent aux enseignes une interdépendance grandissante entre les canaux. D’ailleurs, avec l’essor spectaculaire des smartphones et des tablettes, les Européens sont de plus en plus connectés. Même en étant physiquement présents dans le magasin, ils sont en ligne. Vouloir séparer le « online » et le « offline » n’a plus aucun sens.

En définitive, la vraie question est de savoir comment Internet va aider les points de vente à se réinventer. Le Web peut générer des flux en magasin. Il peut augmenter la fi délisation des consommateurs et jouer un rôle essentiel dans le parcours client. Demain, après avoir été perçu comme étant une menace, Internet deviendra le meilleur allié du magasin, pour tendre vers une convergence de plus en plus forte entre les deux canaux de distribution. Mais pour y arriver, le chemin sera long et les défis nombreux.

Source : Observatoire Cetelem

Vous souhaitez lire cette étude ?

Elle est réservée à nos abonnés.



Sur le même thème