Pour une politique de l’offre… de logements

Publié le

Une étude produite par

Le Grand Paris, se construit… mais moins vite que le déficit de logements. Les déclarations de tous ordres et bords comme les projets d’infrastructures se multiplient ; 70 000 logements supplémentaires par an est le défi posé et tout un chacun d’invoquer la rareté du foncier, la lenteur des procédures, les recours abusifs, la décentralisation (1981) des permis de construire aux mairies (maire bâtisseur, maire battu). Et si l’on osait le politiquement incorrect pour résoudre ce paradoxe que le prix de vente étant déconnecté des loyers et donc de la capacité des ménages, la logique voudrait que l’on créé un choc d’offre pour faire baisser le prix du foncier ?
Il est pourtant quelques évidences qui, remises en cause, concourraient à réduire singulièrement le problème. Le déficit de foncier trop souvent invoqué est, pour partie, le résultat d’une politique aujourd’hui inadaptée.

Source : La Française AM

Vous souhaitez lire cette étude ?

Elle est réservée à nos abonnés.