Property Times

Toulouse : retour des grandes transactions - 1T 2014

Publié le

Une étude produite par

Le redressement observé sur le marché toulousain fin 2013 s’est confirmé au 1er trimestre 2014 avec 33 800 m² de bureaux commercialisés, soit 58% de plus qu’au 1er trimestre 2013. Ce bon démarrage est lié à la concrétisation de 4 transactions d’envergure, qui ont représenté, à elles seules, les 2/3 de la demande placée du trimestre. Le secteur aéronautique a notamment été actif sur ce segment de surfaces avec deux transactions représentant plus de 15 000 m².

L’offre immédiatement disponible a de nouveau progressé au cours des trois derniers mois (+1%), sous l’effet de nouvelles libérations de surfaces. Les surfaces de seconde main constituent l’essentiel du stock vacant, avec 136 400 m² disponibles, un volume nettement supérieur aux capacités d’absorption du marché. Les surfaces neuves continuent, à l’inverse, de se résorber, et représentent moins de 63 000 m² disponibles. Le taux de vacance se positionne, fin mars 2014, à 5%.

Les valeurs locatives des meilleurs immeubles se sont maintenues au 1er trimestre 2014, à 200 €/m²/an pour les locaux prime de centre ville et sur des surfaces inférieures à 500 m², et 135 €/m²/an pour les immeubles récents de périphérie. Même constat pour les valeurs des surfaces anciennes qui, après une correction marquée en 2013, sont demeurées stables au 1er trimestre 2014, à 110 €/m²/an en moyenne.

18 300 m² de bureaux neufs devraient voir le jour en 2014. Le volume de livraisons devrait être légèrement supérieur en 2015. Les mises en chantier des projets demeurent toutefois souvent soumises à précommercialisation. Ces projets concernent des sites stratégiques en périphérie de l’agglomération. Des opérations tertiaires sont également attendues autour de l’aéroport de Toulouse Blagnac et à Borderouge.

Source : DTZ (Groupe UGL)

Vous souhaitez lire cette étude ?

Elle est réservée à nos abonnés.



Sur le même thème