De l’économie du salut au salut par l’économie

Publié le

Une étude produite par

Ma dernière lettre était l’illustration de la diarrhée règlementaire qui semble être la revanche de la bureaucratie sur la mondialisation. Je préfère ne pas commenter les futurs effets négatifs de la loi Pinel sur l’immobilier tertiaire français : après avoir déjà sacrifié le logement, nous allons sacrifier les bureaux. Ceci est peut-être volontaire puisque, ne sachant où loger les "travailleurs", autant ne pas leur fournir de bureaux où travailler. L’Allemagne devant importer massivement des travailleurs (c’est une problématique démographique), autant que ce soit des français sans logements, ni emplois, ni demain de bureaux… Ainsi, après les fameuses ETI allemandes, autant aller investir dans des bureaux en Allemagne !

Bref, face à l’inconséquence grave de nos politiques de tous bords (la loi ayant été votée par la gauche comme par la droite), je préfère prendre une certaine "hauteur" et me questionner sur nos évolutions fondamentales, qui ne sont pas sans liens avec les stratégies d’investissement qui devront être déployées.

Source : La Française

Vous souhaitez lire cette étude ?

Elle est réservée à nos abonnés.



Mots-clés : La Française, PIB, Loi Pinel