Chiffres & statistiques

Plus de la moitié des résidences principales ont une étiquette énergie D ou E

Publié le

Une étude produite par

Lors de la conférence environnementale de 2012 a été pris l’engagement de rénover 500 000 logements par an. En effet, avec 30 % de la consommation finale énergétique de la France, le secteur résidentiel est le premier secteur consommateur d’énergie avec les transports. Dans ce contexte, il était nécessaire d’améliorer la connaissance de l’état du parc des logements. Un dispositif innovant associant enquête et diagnostic de performance énergétique a permis de fournir une photographie de l’état des résidences principales et de leurs performances énergétiques.

Les diagnostics de performance énergétique (DPE ), obligatoires depuis novembre 2006 pour la vente et juillet 2007 pour la location, donnent la mesure de la qualité thermique des logements. Leur analyse montre qu’en 2012, plus de la moitié (53,6 %) du parc des logements en France métropolitaine consomme entre 151 et 330 kWhEP /m2/an d’énergie (étiquette énergétique moyenne D ou E), contre seulement 14 % qui bénéficient d’étiquettes plus performantes (A, B ou C). En matière d’émissions de gaz à effet de serre, un tiers de ces logements sont classés en A, B ou C, et 40 % en D ou E. La date de construction du logement, sa taille, son statut d’occupation et surtout l’énergie de chauffage utilisée et la localisation géographique sont clivants : ainsi les studios ou deux pièces du secteur locatif privé sont les logements les plus énergivores.

Source : Ministère de la transition écologique et solidaire

Vous souhaitez lire cette étude ?

Elle est réservée à nos abonnés.



Sur le même thème