Point de conjoncture bureaux - Marché de l’investissement

L’offre pourra-t-elle seulement absorber la manne des investisseurs ? 4T 2014

Publié le

Une étude produite par

Plus encore qu’à l’accoutumée, le quatrième trimestre et la finalisation effective de grosses transactions en décembre ont été décisifs à la clôture de l’exercice 2014. La fin d’année non seulement efface le mauvais score du troisième trimestre, mais place l’année bien au-delà des prévisions : 22,5 milliards d’euros ont ainsi été investis France entière l’an dernier. Les montants engagés progressent de 50 % sur un an, et s’établissent à 41 % de plus que la moyenne décennale (16 milliards d’euros). On s’approche des records des années « fastes » de 2006 et 2007, dans un contexte et des conditions, notamment d’accès à la ressource, toutefois très différents.

Le ton a été donné dès le premier semestre, plaçant l’année sous le signe des méga-deals. Tous les ingrédients concourant à des volumes d’investissement élevés ont été réunis en 2014 : un spread inédit entre taux obligataire et taux de rendement immobilier, des opportunités assez rares de mise sur le marché d’actifs et de portefeuilles commerciaux en taille et en budget, des liquidités toujours très abondantes, et une diversité d’acteurs qui s’est encore étoffée.

Source : Crédit Foncier Immobilier

Vous souhaitez lire cette étude ?

Elle est réservée à nos abonnés.



Sur le même thème