Note de conjoncture immobilière - Janvier 2015

Publié le

Une étude produite par

Le secteur de l’immobilier souffre de la morosité ambiante, les français doutant désormais qu’un investissement dans ce domaine puisse être le gage de la conservation voire de la valorisation de leur épargne.

La baisse du marché de l’immobilier entamée au début de la décennie dans nombre de villes, confirmée au cours de l’année 2014, semble se poursuivre en ce début d’année en affectant désormais l’ensemble du territoire. En effet, les agglomérations de provinces économiquement les plus dynamiques (Lyon, Toulouse, Bordeaux) qui ne subissaient jusqu’alors qu’une baisse des volumes de transactions, amorcent à leur tour une baisse des prix.

Pour Paris et les autres agglomérations et villes moyennes, la chute devrait se poursuivre à un rythme toutefois un peu moins soutenu compte tenu des reculs déjà enregistrés au cours de l’année dernière qui ont parfois avoisiné les 10%. Il faut noter que, dans certains secteurs ruraux hors agglomération, des baisses de 20% voire plus ont été constatées.

Source : Conseil Supérieur du Notariat

Vous souhaitez lire cette étude ?

Elle est réservée à nos abonnés.



Sur le même thème