Etude internationale RICS sur le marché de l’immobilier d’entreprise au 1er trimestre 2015

Les conditions favorables de financement stimulent l’immobilier d’entreprise

Selon la RICS, le marché français de l’immobilier d’entreprise bénéficie de perspectives positives en matière de valeurs en capital, notamment sur le segment des actifs prime, grâce à un léger regain de croissance économique attendu en 2015 et à l’amélioration des conditions de financement. Les loyers devraient néanmoins continuer à baisser légèrement, compte tenu de la poursuite de la hausse du chômage.

Publié le

Une étude produite par

Magali Marton, MRICS, porte-parole de la RICS en France, commente « la déconnexion du marché locatif et de celui de l’investissement se confirme, avec d’un côté des perspectives toujours en berne et de l’autre un optimisme qui devrait conduire à des volumes d’investissement en hausse. Nos répondants pointent déjà un risque de sur-valorisation des actifs, la vigilance est donc de mise. »

Dans les autres pays du monde, hormis la Russie et le Brésil qui continuent à afficher des perspectives sombres, un regain d’optimisme est constaté grâce aux bonnes conditions de financement dont bénéficient les investisseurs. L’Irlande, l’Espagne et le Portugal attendent des rendements supérieurs à la moyenne, tandis que les marchés immobiliers du Royaume-Uni et des Etats-Unis sont soutenus par une croissance économique relativement solide. Les perspectives sont également positives en Allemagne et au Japon.

" Grâce aux interventions des principales banques centrales, l’argent « bon marché » contribue à soutenir l’immobilier. Cette tendance positive devrait se poursuivre dans la majeure partie du globe au cours des douze prochains mois. En dépit de ce climat de plus en plus optimiste, un certain nombre de risques doivent être pris en considération, notamment la vitesse à laquelle la Réserve fédérale américaine relèvera ses taux d'intérêt par rapport aux taux bas actuels et la capacité des autorités chinoises à orchestrer un atterrissage en douceur de leur économie " a indiqué Simon Rubinsohn, Chef économiste de la RICS.

FRANCE : UN ENVIRONNEMENT NETTEMENT PLUS FAVORABLE A L’INVESTISSEMENT ET UN MARCHE LOCATIF QUI RESTE FRAGILE
Après une nouvelle année de faible croissance (+0,4% d’augmentation du PIB en 2014), l’économie française devrait commencer à progresser doucement, en phase avec les perspectives plus positives affichées par la zone euro dans son ensemble. La baisse des prix de l'énergie et la faiblesse des pressions inflationnistes en général, donneront en effet un coup de fouet au pouvoir d’achat et soutiendront une consommation des ménages plus dynamique tout au long de l’année 2015. De plus, la relance monétaire de la BCE, si elle est efficace, devrait se traduire par une plus grande disponibilité du crédit en immobilier, tendance déjà observée dans la précédente étude de la RICS (77% des répondants ont souligné l'amélioration des conditions de crédit). La perspective d'une plus forte croissance économique suscite un certain attrait des investisseurs pour l’immobilier d’entreprise et le renforcement de la demande devrait alimenter des perspectives positives en matière de valorisation, notamment dans l’immobilier prime. A contrario, la faiblesse du marché de l’emploi (140.000 chômeurs de plus sur les 12 derniers mois) continue à peser sur la demande locative. Dans ce contexte, les loyers devraient continuer à baisser légèrement à court terme sur tous les segments d’actifs immobiliers.

Le sentiment quant au marché locatif demeure négatif pour le 15e trimestre consécutif, à -13. La demande locative est restée globalement stable, tout en enregistrant une légère reprise dans le secteur des bureaux.
Parallèlement, le taux de vacance a augmenté sur tous les segments de marché, de même que les mesures d’accompagnement consenties par les propriétaires. La faible demande et l’offre croissante se traduisent par des prévisions de croissance de loyers négatives à court terme.

L'indice de confiance des investisseurs a progressé pour atteindre +28, confortant le résultat du trimestre précédent (+24). Il marque le quatrième trimestre consécutif de hausse. La demande d'investissement, tant domestique qu’internationale, enregistre une hausse significative sur tous les segments du marché, et tout particulièrement sur le segment bureau. Malgré ce contexte favorable, l’offre de biens à la vente a connu une augmentation modeste sur tous les segments. Les perspectives en matière de valorisation demeurent positives dans l'ensemble, ce qui permet d’augurer une hausse des prix dans tous les secteurs de l'immobilier d’entreprise sur les 12 prochains mois. Fait intéressant, près de la moitié des répondants ont estimé que les valorisations actuelles sont élevées, voire très élevées (contre 38 % qui les estiment à leur juste valeur).

Vous souhaitez lire cette étude ?

Elle est réservée à nos abonnés.