Immobilier & perspectives

Regard sur les marchés

Publié le

Une étude produite par

Le ralentissement économique mondial, déjà constaté au 2e semestre 2014, s’est légèrement accentué depuis le début de l’année 2015. En effet, l’activité économique a marqué le pas aux Etats-Unis, la croissance n’atteignant plus que 0,2 % au 1er trimestre. En outre, le rebond
attendu au 2e trimestre sera vraisemblablement moins fort qu’anticipé, freiné par un dollar fort par rapport à l’euro. La zone euro, quant à elle, se porte plutôt mieux depuis quelques mois. La hausse de la production industrielle accélère progressivement, tandis que les enquêtes de conjoncture, qui résument l’opinion des chefs d’entreprise sur la tendance de l’activité, s’améliorent en avril. Les ventes au détail ainsi que l’indice de confiance des ménages sur leur situation financière confirment leur progression. La désinflation rapide, qui a donné un coup de fouet au pouvoir d’achat et à la consommation est désormais achevée, mettant ainsi fin à la menace de véritable déflation. En effet, le taux d’inflation en glissement sur un an a cessé de reculer et devrait retrouver un rythme légèrement positif au cours des prochains mois. Les prix des matières premières ne baissent plus et l’effet direct du Quantitative Easing monétaire sur les marchés financiers semble avoir atteint un palier. Le dollar a cessé de s’apprécier, les taux d’intérêt sont à peu près stabilisés et les marchés boursiers font une pause. Le rebond de l’activité européenne n’est pas terminé mais les marchés redeviennent un peu plus réalistes sur les risques qui subsistent : en Europe, l’incapacité de la Grèce à financer sa dette publique et sur le continent asiatique, la problématique chinoise.

Source : La Française AM

Vous souhaitez lire cette étude ?

Elle est réservée à nos abonnés.



Mots-clés : La Française AM