Défi pour la transparence : L'affirmation d'un nouveau modèle bancaire

Publié le

Une étude produite par

Dans un environnement économique complexe, marqué notamment par une situation économique toujours difficile dans certains pays d’Europe, les performances des seize groupes bancaires étudiés traduisent une « normalisation » de l’activité, même si cette « normalisation » n’est plus la même qu’avant crise.

Dans ce cadre, les contraintes légales et réglementaires sont désormais appréhendées comme des risques inhérents à l’activité bancaire. En effet, bien que les banques aient comptabilisé près de 29 milliards d’euro au titre de litiges et d’infractions réglementaires en 2014, les résultats courants avant impôts affichent une progression de 45% sur un an.

Cette nouvelle direction prise par le secteur bancaire est surtout marquée par une activité commerciale soutenue et une forte capacité des banques à innover et à engager la transformation digitale de leurs métiers.

En effet, si les efforts de recentrage de l’activité sont une priorité pour toutes les banques, le développement de stratégies offensives se traduit désormais par une tendance à l’augmentation du total bilan avec une croissance ciblée dans le domaine numérique.

Source : KPMG

Vous souhaitez lire cette étude ?

Elle est réservée à nos abonnés.