Le financement des professionnels de l'immobilier par les banques françaises en 2014

Publié le

Une étude produite par

Dans un contexte d’activité soutenue sur les principaux marchés de l’immobilier commercial européens et de progressions des prix dans l’ensemble modérées, la production de crédits des banques françaises à destination des professionnels de l’immobilier s’est accrue de 8 % en 2014. Si la France continue de concentrer plus de 70 % des nouveaux concours, sa part dans la production s’est érodée pour la troisième année consécutive, sous l’effet d’une croissance de l’activité nettement plus forte à l’étranger (+28,1 %), notamment aux États-Unis ou en Asie, que dans l’Hexagone (+2 %) ; si une partie de la croissance observée hors de la zone euro tient à des effets de change (appréciation de la livre sterling et du dollar américain), les volumes ont également fortement progressé. Par ailleurs, la production est tirée par les investisseurs et les sociétés foncières dont la part (40,5 %), en hausse régulière depuis 2011, est désormais presque égale à celle des promoteurs (41,7 %), en repli constant depuis 2008. Enfin, si l’immobilier d’habitation reste le segment majeur, sa part dans la production a nettement baissé en 2014 au bénéfice des bureaux.

Les engagements globaux sont en légère hausse (+1,7 %) à 185,8 milliards d’euros. Pour les deux tiers, les expositions portent sur la France, le tiers restant étant réparti entre l’Europe et le reste du monde. En Europe, les principaux pays bénéficiaires restent la Belgique et l’Italie tandis que les États-Unis sont la première destination hors d’Europe. Par ailleurs, les investisseurs et les sociétés foncières continuent de concentrer la majeure partie des expositions (45,2 %), leur part progressant encore de 0,5 point de pourcentage en 2014. Enfin, la structure des engagements par type d’actif se modifie quelque peu sous l’effet de la progression enregistrée par l’immobilier d’habitation, qui reste de loin le principal secteur d’exposition.

Source : Banque de France

Vous souhaitez lire cette étude ?

Elle est réservée à nos abonnés.