Conjoncture bâtiment à la fin juin 2015

Publié le

Une étude produite par

Le début 2015 ressort comme une période particulièrement difficile pour le bâtiment. De fait, il conjugue poursuite de la baisse d’activité, chute de l’emploi et augmentation des défaillances d’entreprises.

Plus précisément, du côté du logement neuf, en glissement annuel sur cinq mois à fin mai 2015 (janvier→mai 2015 / janvier→mai 2014), les logements autorisés et commencés se replient respectivement de 8,2 % et 6,1 %. En rythme annuel, les ouvertures de chantier ressortent ainsi à un peu plus de 333 000 unités. Du côté du non-résidentiel neuf, la tendance globale s’affiche toujours en net recul. De fait, hors hôtellerie et locaux agricoles, les glissements annuels sur cinq mois à fin mai 2015 s’établissent respectivement à -13,2 % et -10,5 % pour les surfaces de plancher autorisées et commencées. Tous les segments participent de cette chute, singulièrement la commande publique. Quant au marché de l’amélioration-entretien, la tendance reste, pour l’heure, baissière.

De plus, en termes d’emploi, le premier trimestre affiche le plus mauvais score enregistré depuis l’entrée dans la Grande récession de 2008, avec 51 500 postes de travail en moins (-4,3 %) qu’au premier trimestre 2014, y compris intérim en équivalent-emplois à temps plein. Et les défaillances d’entreprises ont fait un bond de 10 % sur la même période, concentré sur de petites structures (1 à 3 salariés). 

Sourec : Fédération Française du Batiment (FFB)

Vous souhaitez lire cette étude ?

Elle est réservée à nos abonnés.



Sur le même thème