Le marché locatif en Ile-de-France - 1S 2015

Publié le

Une étude produite par

-22% : l’activité transactionnelle sur la région parisienne régresse fortement au 1er semestre 2015 par rapport au 1er semestre 2014.

Ce net ralentissement est avant tout imputable aux très grands utilisateurs : c’est le segment des transactions de plus de 5 000 m² qui s’effondre (-23%) et est à l’origine de l’essentiel du recul observé depuis le début de l’année 2015, d’autant que ce segment de tranche de surfaces est porté par la transaction d’un ministère dans le 7ème (46 000 m²) qui n’impacte pas le marché locatif (BEFA).

Tributaire de ces grands utilisateurs, l’activité transactionnelle est et restera volatile : les résultats du 1er semestre 2015 ne marquent pas forcément une tendance durable, car la décision des grands utilisateurs prend du temps.

Très fort dynamisme des transactions de moins de 5 000 m², qui représentent 83% de la demande placée. ŠŠ

L’Ile-de-France est en outre loin d’être homogène : la contreperformance générale ne doit pas masquer les bons ou très bons résultats observés sur Paris intra-muros, qui représente 45% de la demande placée. Il y a une véritable prime aux marchés les plus centraux.

Source : Knight Frank

Vous souhaitez lire cette étude ?

Elle est réservée à nos abonnés.



Mots-clés : Knight Frank

Sur le même thème