Espaces de coworking et télécentres : le nouveau marché des tiers-lieux collaboratifs en Ile-de-France

Publié le

Une étude produite par

17 % de la population active française travaille plus d’un jour par semaine en dehors du bureau, et en Île‐de‐France, ce taux de travail nomade (c’est‐à‐dire à toutes les formes de travail accomplies ailleurs qu’au poste de travail habituel dans l’entreprise) atteint les 25 %. Même s’il ne convient pas à toutes les situations –notamment lorsqu’un encadrement de proximité est nécessaire‐ plusieurs facteurs expliquent le développement récent du travail à distance.

Tout d’abord, la révolution des TIC a profondément modifié les outils et les pratiques de travail : la dématérialisation des documents et des informations, internet facilement accessible en mobilité, les smartphones, les ordinateurs portables, le cloud computing, la visioconférence, permettent d’accéder à ses données et de travailler quel que soit le lieu où l’on se trouve.

Ensuite, à la faveur du développement du travail en mode « projet », de plus en plus d’actifs, et notamment les jeunes de la « génération Y » aspirent à plus de liberté et de flexibilité dans leur organisation de travail, et à un meilleur équilibre entre vie professionnelle et personnelle.

Source : Centre Régional d'Observation du Commerce, de l'Industrie et des Services (CROCIS)

Vous souhaitez lire cette étude ?

Elle est réservée à nos abonnés.