Note de conjoncture immobilière - Janvier 2016

Publié le

Une étude produite par

La reprise constatée depuis le printemps 2015, qui a ramené de la fluidité au sein du marché immobilier, ne se dément pas, alors que l’on aurait pu croire à un effet de saisonnalité.

Néanmoins, des disparités existent par marché et par région, certains marchés étant devenus vendeurs, d’autres acquéreurs.

S’agissant des marchés d’utilisateurs (acquéreurs qui achètent pour se loger), ils se tendent car les stocks se vident. Cela touche notamment le marché des studios et des deux-pièces à Paris intra-muros, ou celui des 2/3 pièces en banlieue parisienne où la négociation est quasiment impossible pour les acquéreurs, mais également dans certaines villes dynamiques de province. 

Pour entretenir cette fluidité, les conditions d’allocation du PTZ nouvelle formule dans l’ancien - en vigueur depuis le 1er janvier 2016 - devraient être plus incitatives, surtout pour les biens dont le prix au m² ne dépassera pas 4 000 euros en Ile-de-France et 2 500 euros en province.

Quant aux investisseurs, ils favorisent davantage des investissements en dehors des grandes métropoles où les rendements locatifs sont supérieurs compte tenu des prix.

Source : Conseil Supérieur du Notariat

 

Vous souhaitez lire cette étude ?

Elle est réservée à nos abonnés.



Sur le même thème