Conjoncture logement

Publié le

Une étude produite par

Après 2015, qui a marqué un net redémarrage du marché, 2016 s’ouvre sous des auspices favorables. Tant mieux. Mais restons mesurés et précis : ce mieux se réfère à l’affaissement, historique par sa brutalité, créé par la loi Duflot. Le rebond laisse donc encore beaucoup à rattraper, et donc à faire, notamment pour la catégorie, économiquement et socialement clé, des primoaccédants. Le gouvernement en a pris conscience. Dispositif Pinel, PTZ élargi, APL accession, logement intermédiaire, résidences-autonomie : 2016 voit l’entrée en vigueur d’une série de dispositifs fiables et concrets, c’est-à-dire en phase avec les besoins. Ajoutons que la TVA à 5,5 % va s’appliquer désormais à près de 1.300 quartiers prioritaires en métropole (contre moins de 400précédemment), dont 280 en Île-de-France (contre 119). Ces progrès sont consistants. Certes, ni la logique globale ni l’ensemble des mesures ne sont là pour permettre aux professionnels de répondre, en nombre de logements comme en prix, aux besoins du pays et au niveau de la demande, alors même que les taux d’intérêt favorisent les emprunteurs. Mais le mieux est tellement conséquent qu’on en vient, alors que l’année va voir le démarrage de la campagne présidentielle, à espérer une simple pérennité du cadre actuel tant les secousses régulières perturbent ce métier. En immobilier, en matière de logement encore plus qu’ailleurs, la stabilité d’un cadre, même juste équilibré, est en soi un progrès.

Source : Nexity 50.37€ | -0.04%

Vous souhaitez lire cette étude ?

Elle est réservée à nos abonnés.



Mots-clés : Nexity, Alain Dinin, Ipsos, PTZ

Sur le même thème