Orientations & stratégie

Le bras de fer grec

Publié le

Une étude produite par

Février confirme une amorce absolument exceptionnelle des performances financières 2015… et on peine aujourd’hui à imaginer la persistance d’un tel rythme ! Les marchés d’actions européennes profitent, en février, d’un appétit accru pour le risque grâce aux espoirs de négociation dans la crise grecque et d’un cessez-le-feu en Ukraine. Si les débats entre Athènes et l’Euro Groupe ont favorisé une certaine volatilité, les marchés sont restés de marbre face à un risque extrême de non résolution. Le secteur bancaire, également porté par la saison des résultats, en profite tout particulièrement (+14 % sur l’indice sectoriel Euro Zone Bank vs 6,6 % pour l’indice EuroSTOXX50). Les indicateurs de confiance et d’activité publiés montrent en outre une inflexion positive en Europe tandis qu’ils s’émoussent outre Atlantique. L’écart des indicateurs de surprise économique entre les deux zones, au plus haut depuis 12 mois, se traduit par une surperformance YTD de plus de 12 % de l’indice Europe STOXX600 versus S&P500. Enfin, les flux de réallocation (sorties US/achats Europe) confortent la progression continue des indices actions Europe, sans réelle correction de marché en février. Plusieurs fonds souverains ont ainsi annoncé renforcer le poids des actions européennes, très sous-pondérées depuis de nombreuses années. 

Source : La Française AM

Vous souhaitez lire cette étude ?

Elle est réservée à nos abonnés.



Mots-clés : La Française AM