Le financement des professionnels de l'immobilier par les banques françaises au 1S 2015

Publié le

Une étude produite par

 Dans un contexte d’activité soutenue sur les principaux marchés européens de l’immobilier commercial et de prix généralement en progression, la production de financements et engagements de hors bilan des banques françaises à destination des professionnels de l’immobilier s’est élevée à 26,6 milliards d’euros au 1er semestre 2015, ce qui représente une hausse de 7,4 % par rapport à la moitié de la production de 2014 (hors effets d’assiette et de périmètre). Si la France continue de concentrer 60 % des nouveaux concours, sa part dans la production a diminué de 12 points de pourcentage (pts) par rapport à la fin de l’année 2014 ; en dehors de la France, la production a été principalement réalisée dans le reste de l’Europe. L’immobilier résidentiel représente toujours la première destination (37,4 %), suivi par l’immobilier de bureau (28,8 %) et les locaux commerciaux (11,7 %).

En termes d’encours, les engagements des banques s’élèvent à 149,5 milliards d’euros, lesquels se répartissent essentiellement entre crédits (68 %) et engagements de hors-bilan (26 %), tandis que la part des contrats de crédit-bail et des instruments de fonds propres reste très minoritaire (5,8 % au total). Les encours sur les professionnels de l’immobilier sont stables, mais l’analyse porte sur un périmètre un peu plus réduit que lors de l’enquête précédente (exclusion du logement social notamment). La répartition des engagements par type de bien confirme la prépondérance de l’immobilier résidentiel (33 %) et des bureaux (23,5 %), même si la part des seconds progresse au détriment du premier. Les investisseurs et sociétés foncières représentent 47,9 % des expositions des banques (+2 pts par rapport à fin 2014) contre 24,6 % vis-à-vis des sociétés de promotion et les marchands de biens. L’analyse des engagements suivant l’axe géographique met en évidence un recul marqué de la part de la France à 61 % (-7 pts) ; comme pour la production, les engagements hors de France sont essentiellement concentrés dans le reste de l’Europe.

Source : Banque de France

Vous souhaitez lire cette étude ?

Elle est réservée à nos abonnés.