Les chambres de service à Paris : 85 % sont inhabitées

Publié le

Une étude produite par

Les immeubles bourgeois construits de 1830 à 1914, nombreux à Paris, comportent en général un ou deux étages tradiotionnellement réservés aux domestiques et desservis par un escalier séparé dit "de service". Peu d'études ont été réalisées sur ce parc bien particulier.

Au long du XXe siècle, la domesticité dont s'entouraient les familles aisées a fortement baissé, modifiant l'occupation des chambres qui s'ouvrent alors aux étudiants et aux salariés modestes. Parallèlement, ici et là, uen partie des propriétaires parviennent à réunie plusieurs chambres pour former un appartement de bonne taille.

En 2002, la situation des chambres de service évolue avec le décret sur le logement décent. Une part importante des propriétaires perdent le droit de louer leur chambre à titre de résidence principale faute que soient réunies les caractéristiques de la décence, notamment l'arrivée d'eau potable, la présence d'un système d'évacuation et d'un coin cuisine et surtout une surface habitable au moins égale à 9 m².

Cette note fait le point sur la répartition géographique, les caractéristiques et l'occupation des chambres à Paris au vu des dernières données disponibles.

Source : Apur

Vous souhaitez lire cette étude ?

Elle est réservée à nos abonnés.



Mots-clés : Apur, DGFIP, INSEE

Sur le même thème