Vers une stabilisation des pressions foncières en milieu rural ?

Publié le

Une étude produite par

Au cours de la décennie 2000, les marchés fonciers ruraux ont suivi la dynamique ascensionnelle des marchés immobiliers franciliens, conduisant à la marginalisation des acquéreurs agricoles et à la multiplication des pressions foncières. L’effet combiné de la crise de 2008, des politiques publiques antispéculatives ainsi que des politiques de préservation de l’environnement et des paysages semble aujourd’hui aboutir à une certaine stabilisation des pressions foncières sur les marchés agricoles et naturels.

Territoire de diversité, la région accueille à la fois une des plus grosses agglomérations européennes et des espaces naturels, agricoles et forestiers qui totalisent plus des trois quarts de la superficie régionale. Cette cohabitation se traduit par une compétition entre les usages « naturels » et « urbains » du sol : l’agriculture et l’environnement face au logement, aux activités économiques, aux infrastructures.

Source : IAU Île-de-France

 

Vous souhaitez lire cette étude ?

Elle est réservée à nos abonnés.



Sur le même thème