Observatoire Local des Loyers de l’agglomération toulousaine

Publié le

Une étude produite par

En dehors de la localisation, trois paramètres ont une forte influence sur le niveau de loyer au m² d’un logement : sa taille et son époque de construction, ainsi que l’ancienneté de son locataire. Le marché locatif toulousain est actif en 2014, avec une offre neuve toujours importante, mais il reste à un niveau élevé pour les ménages modestes. A 10,7 €/m², le loyer à la relocation est à peine supérieur au loyer des logements occupés depuis 1 à 2 ans ; cependant, le marché reste haussier sur l’hypercentre et la première couronne.

Le marché locatif parisien reste le plus cher, avec des loyers deux fois supérieurs aux loyers toulousains. A Toulouse, les loyers sont comparables à ceux pratiqués à Nantes, Rennes ou Bayonne, tandis que les plus chers se situent dans les agglomérations de la côte méditerranéenne (Nice, Marseille, Montpellier) et Lyon. Les agglomérations d’Alençon et Besançon avec un marché du logement détendu, offrent des loyers presque deux fois moins élevés qu’à Toulouse.

Source : Agence d'Urbanisme et d'Aménagement Toulouse aire urbaine 

Vous souhaitez lire cette étude ?

Elle est réservée à nos abonnés.