Les évolutions du commerce culturel à Paris 2003-2014

Publié le

Une étude produite par

Si le nombre de galeries d'arts augmente de 2003 à 2014 (+21%), la tendance générale du commece culturel à Paris est à la baisse : -52% pour les magasins de vente de disques, CD, DVD, -27% pour la fabrication-vente de gravures, -24% pour la vente de livres anciens et autographes, -22% pour les librairies, -9% pour la reliure et finition, -6% pour la vente d'instuments de musique, -5% pour la haute couture-création. L'évolution de certaines activités se stabilise néanmoins depuis 2011, n'enregistrant pas de fermetures, ou alors, ces derniers sont compensées par l'ouverture de nouveaux commerces. Il s'agit de la haute couture-création, de la gravure, de la reliure et finition. 

Tout au long des années 2000 et suivantes, la progression du e-commerce a affecté le commerce culturel en boutiques plus que tout autre secteur, ce qui explique pour l'essentiel les évolutions négatives observées. En 2015, une contre offensive s'organise pour le commerce de ville qui prend conscience de ses atouts et des évolutions à conduire pour diversifier ses services et prendre place lui aussi sur le web. C'est à Paris que cet enjeu prend toute son importance, avec un positionnement qui reste privilégié sur certains secteurs : art, mode et luxe par exemple. 

Source : APUR

Vous souhaitez lire cette étude ?

Elle est réservée à nos abonnés.



Mots-clés : Apur

Sur le même thème