InterSCoT, de l’aire urbaine au Grand Bassin Toulousain, 10 ans de construction territoriale

Publié le

Une étude produite par

Les collectivités de l’aire urbaine toulousaine doivent faire face à des défis communs : attractivité démographique, périurbanisation, nouveaux besoins en matière d’équipements, cohésion sociale, augmentation du trafic automobile, etc. Face à ce constat, les collectivités doivent ainsi préserver l’équilibre des espaces urbains et ruraux, assurer la diversité des fonctions urbaines et la mixité sociale et promouvoir concrètement le respect de l’environnement. Un premier diagnostic assorti de séminaires territoriaux ont eu lieu en 2002-2003 pour que les élus débattent de ces enjeux et des grandes orientations stratégiques fondatrices d’une cohérence territoriale.

Cette cohérence générale a été déployée par secteur géographique, les orientations affinées par territoire de projet. Ces étapes aboutissent au choix des périmètres de quatre territoires de projet au sein de l’aire urbaine, avec un SCoT central et trois autres SCoT périphériques en pétales. La validation des orientations renforce le processus général : en janvier 2005, les collectivités réunies en une conférence de l’aire urbaine toulousaine approuvent la charte InterSCoT, ainsi que son statut d’élément pilier des quatre SCoT. L’adoption de la charte de l’aire urbaine scelle alors l’engagement coordonné des exercices de SCoT, à partir du modèle de développement choisi par les élus parmi différents scénarios. Ils ont opté pour une logique de pôle urbain renforcé, associé à une organisation en réseau de bassins de vie quotidienne périphériques et des villes moyennes proches. Les établissements publics créés pour porter les SCoT doivent reprendre ce modèle de développement avec ses orientations et ses conditions de mise en œuvre.

Source : Agence d'Urbanisme et d'Aménagement Toulouse aire urbaine

Vous souhaitez lire cette étude ?

Elle est réservée à nos abonnés.



Sur le même thème