Éco-quartiers, quels effets de levier organisés sur leur territoire ?

Une étude produite par

70 % des actifs travaillent hors de leur commune de résidence (INSEE). En France, les transports routiers des personnes et des marchandises émettent le quart des émissions de gaz à effet de serre et la majorité de ces émissions est le fait de déplacements domicile-travail et de déplacements professionnels. La menace climatique impose de diviser par 4 nos émissions de GES (MEPLT plan climat). 

Si dans un couple l’un travaille près du domicile, l’autre n’a pas forcément un emploi à proximité. Il est peu probable que les actifs restent toute leur vie professionnelle chez le même employeur, beaucoup souhaitent rester dans le même logement. La voiture, moyen de transport privilégié, est émissif. Même si l’on prend pour hypothèse que les constructeurs automobiles divisent par deux les émissions de gaz à effet de serre de leurs véhicules, alors il faudra encore diviser par deux la distance des trajets ou les reporter sur les transports bas carbone (marche, vélo, bus, covoiturage) pour diviser par 4 nos émissions. Ceci conduit à une multi- plication par deux de la fréquentation des gares franciliennes et par 4 de celles des villes de province (1). L'accessibilité à la gare est donc stratégique.

Source : DRIEA Ile-de-France

Vous souhaitez lire cette étude ?

Elle est réservée à nos abonnés.



Sur le même thème