Conjoncture bâtiment à la fin juin 2014

Publié le

Une étude produite par

Les informations disponibles sur le début 2014 affichent des tendances contradictoires, qui témoignent des difficultés dans lesquelles se trouvent les entreprises du bâtiment.

Plus précisément, du côté du logement neuf, les ouvertures de chantier affichent une nouvelle phase de recul selon les données officielles, pour s’établir, en rythme annuel sur la base des cinq premiers mois de 2014, en-deçà de 290 000 unités. Quant aux permis, ils reculent toujours vivement, à -22,2 % en glissement annuel sur cinq mois à fin mai 2014 (janvier 2014→mai 2014 / janvier 2013→mai 2013), soit 1,5 fois plus vite que les mises en chantier.

Du côté du non-résidentiel neuf, la tendance globale s’affiche également en recul. De fait, hors hôtellerie et locaux agricoles, les glissements annuels sur cinq mois à fin mai 2014 ressortent respectivement à -12,9 % et -14,3 % pour les surfaces de plancher autorisées et commencées. Tous les segments de marché participent de ce mouvement baissier, avec une mention particulière pour les bâtiments administratifs, pénalisés par le cycle électoral et les annonces concernant la baisse à venir des dotations de l’Etat aux collectivités locales, ainsi que pour les bâtiments industriels, qui enfoncent leur plancher historique.

Malgré l’absence d’indicateurs sur l’activité en amélioration-entretien depuis la fin du troisième trimestre 2013, la tendance semble, là encore, baissière, mais avec de fortes perturbations liées aux effets de la révision mal maîtrisée des taux de TVA.

Source : Fédération Française du Bâtiment (FFB)

Vous souhaitez lire cette étude ?

Elle est réservée à nos abonnés.



Sur le même thème