Conjoncture bâtiment à la mi-octobre 2014

Publié le

Une étude produite par

L’été 2014 se caractérise par un net tassement, voire une inversion des tendances en ce qui concerne le neuf. Sans doute faut-il analyser ce mouvement comme la confirmation qu’un point bas a bien été atteint, avant même l’annonce du Plan de relance du 29 août 2014 par le Premier ministre.

Plus précisément, à fin août, les glissements annuels sur les huit premiers mois de l’année ressortent respectivement à -13,1 % et -13,2 % pour les permis et mises en chantier de logements neufs, à -8,5 % et à -10,2 % pour les surfaces autorisées et commencées dans le non-résidentiel neuf, hors locaux agricoles. La tendance reste donc clairement négative. En revanche, si l’on se limite aux glissements annuels sur trois mois, un autre schéma commence à se dessiner avec des permis en hausse de 4,8 % dans le logement et en baisse limitée à 0,9 % dans le non-résidentiel. Compte tenu de l’habituelle accélération de fin d’année et alors qu’il est encore difficile d’estimer quel sera l’effet immédiat du Plan de relance, l’année pourrait se solder sur des niveaux de mises en chantier compris entre 300 000 et 310 000 logements d’une part, 19 à 20 millions de m² de non-résidentiel d’autre part.

Source : Fédération Française du Bâtiment (FFB)

Vous souhaitez lire cette étude ?

Elle est réservée à nos abonnés.



Sur le même thème