Le financement de l’habitat en 2015

Publié le

Une étude produite par

En 2015, l’activité sur le marché immobilier résidentiel marque une nette reprise, favorisée par des taux d’intérêt à long terme qui se maintiennent à des niveaux historiquement bas. Sur le marché de l’ancien, le nombre de transactions a ainsi progressé de 16 % en un an, repassant au-dessus de sa moyenne de long terme, tandis que sur le marché du neuf, la reprise qui avait débuté fin 2014 s’est confirmée avec une hausse des ventes de 17,9 %. Ce regain d’activité s’observe dans un contexte de stabilisation des prix qui, sur le marché de l’ancien, après trois années de baisse continue, affichent un léger repli de seulement 0,1 % sur la France entière, Paris (+0,3 %) et la Province (+0,2 %) enregistrant une légère progression.

Dans ce contexte, la production de crédits à l’habitat des banques françaises a marqué un net rebond en 2015, progressant de 77,2 % selon les chiffres de la Banque de France. Si l’environnement de taux bas a continué de favoriser les rachats de crédits externes, on observe également une hausse relativement soutenue de la production sur les autres segments de marché, qui progresse en moyenne de 20,3 % selon les données de suivi mensuel collectées par le Secrétariat général de l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR). Ce dynamisme se traduit par une légère accélération du rythme de croissance des encours, passé de +2,3 % fin 2014 à +4 % fin 2015. Le poids des crédits à l’habitat aux particuliers dans le total de bilan des banques françaises se stabilise ainsi légèrement au-dessus de 10 %.

Source : Banque de France

Vous souhaitez lire cette étude ?

Elle est réservée à nos abonnés.



Sur le même thème