Renouvellement urbain, attributions dans le parc social et politiques d’équilibre entre les territoires

Publié le

Une étude produite par

Selon l’article 1er de la loi du 21 février 2014, la politique de la ville est une politique de cohésion urbaine et de solidarité, ayant notamment pour objectif de réduire les écarts entre les quartiers défavorisés et leurs unités urbaines. L’Etat, les collectivités locales et les partenaires de la politique de la ville, au premier rang desquels les organismes HLM, doivent donc mettre en commun leurs efforts pour enrayer les processus ségrégatifs qui marquent ces quartiers et améliorer les conditions de vie de leurs habitants.

Le programme national de rénovation urbaine (PNRU) a contribué à limiter les effets structurels liés à la concentration des logements aux plus bas loyers dans les mêmes quartiers, notamment par la démolition, la reconstruction hors-site et la diversification. Néanmoins, dans la plupart des cas, les projets de rénovation urbaine (PRU) n’ont que partiellement déconcentré l’offre de logements à bas loyers. Pour poursuivre et pérenniser l’action menée dans les PRU en faveur d’un rééquilibrage de l’occupation du parc social, une politique relative aux attributions s’avère nécessaire.

Source : ANRU

Vous souhaitez lire cette étude ?

Elle est réservée à nos abonnés.



Mots-clés : ANRU

Sur le même thème