Habiter le Grand Paris : Embellir, remodeler, développer les potentiels urbains des territoires

Publié le

Une étude produite par

La question de la beauté est la question centrale pour habiter le Grand Paris. Elle se traduit en matière urbaine par une bonne urbanité. La singularité, l’attractivité, le moment où le corps et le regard tombent sur un lieu, une façade, un angle de rue, une perspective attrayante, une surprise dans l’alignement, une compacité reposante ... constituent la beauté de la ville.

La loi SRU peut obliger à construire 20, 25, 30% de logements sociaux dans la ville déjà attrayante, sédimentaire, identifiable, le charme déjà là, la gravité déjà là, l’histoire déjà là. Elle est efficace si elle est appliquée sans que l’on puisse s’en affranchir en payant des taxes, et du coup la mixité sociale peut advenir. Mais pour qu’elle advienne dans les quartiers populaires, une seule condition permet de l’espérer, d’y songer : la beauté du quartier remodelé, désenclavé, complexifié, intensifié... La cerise est la condition même de l’existence du gâteau.

Source : Atelier International du Grand Paris

Vous souhaitez lire cette étude ?

Elle est réservée à nos abonnés.



Sur le même thème