Une rentrée morose qui place l’emploi au coeur des préoccupations

Publié le

Une étude produite par

En cette fin d’été 2012, le tableau de bord de l’économie tourangelle pointe les conséquences de la crise de la dette en zone euro qui a progressivement paralysé les économies européenne et française depuis l’automne 2011. Affectés par un printemps au creux de la vague, les indicateurs sont aujourd’hui majoritairement en baisse en se référant à un été 2011 encore très bien orienté. Au mieux perçoit-on, pour certains indicateurs une modération dans la dégradation : la baisse d’activité des entreprises s’est confirmée depuis le début du printemps, notamment dans les secteurs de la production industrielle et artisanale. Pourtant, tous secteurs confondus, et pour les seules entreprises ayant leur siège en Indre et Loire, le chiffre d’affaires au 1er semestre est stable et le montant de la TVA perçue est en hausse... Le recul global de la demande extérieure affecte les exportations de certains secteurs. Côté dépenses des ménages, la tendance générale reste à la modération et à la prudence, en consommation courante comme en investissement, avec cependant en point positif la résistance du marché immobilier ancien. Les premières observations sur l’activité touristique ne laissent espérer qu’un bilan contrasté pour la saison 2012. L’emploi, dans ce contexte, reste bien mal orienté et suscite l’attention générale. Au niveau national et international, les conjoncturistes perçoivent, au travers de leurs indices de climat des affaires et indicateurs avancés, un environnement légèrement plus favorable. Pour l’heure, l’économie tourangelle résiste dans l’espoir de cette amélioration prochaine.

Source : Observatoire de l'Economie et des Territoires de Touraine 

Vous souhaitez lire cette étude ?

Elle est réservée à nos abonnés.



Sur le même thème