Un début d’année meilleur qu’escompté dans un contexte très incertain

Publié le

Une étude produite par

Comme partout en France et en Europe, les indicateurs de début d’année montrent un rebond de l’activité après le ralentissement observé en décembre, dû principalement aux conditions climatiques et au recul généralisé des échanges mondiaux. Séisme et Tsunami au Japon, conflits et tensions dans le monde arabe, hausse des prix du pétrole, des matières premières et des produits agricoles, tendances inflationnistes, crise des dettes publiques… les événements de début d’année préfigurent autant d’embuches sur le chemin de la reprise mais leur impact sur l’économie n’a pas encore été mesuré. En effet, les indicateurs du 1er trimestre et les enquêtes de conjoncture soulignent un rebond à travers les marqueurs de très court terme comme la hausse de l’intérim et le recul du recours au chômage partiel. La production s’accélère au 1er trimestre et les investissements reprennent doucement. La consommation courante des ménages se maintient et tire toujours la croissance malgré les incertitudes liées au contexte général. Le marché automobile progresse encore malgré la fin des mesures incitatives. La reprise du marché immobilier s’amplifie. Les transactions sur l’ancien sont en forte hausse. Les ventes de constructions neuves et les mises en chantier reprennent y compris dans l’habitat collectif. Les chiffres du tourisme pour le premier trimestre sont en hausse dans de nombreux secteurs par rapport à 2010. Ce dynamisme général de l’activité se traduit par une stabilisation du marché de l’emploi.

Source : Observatoire de l'Economie et des Territoires de Touraine 

Vous souhaitez lire cette étude ?

Elle est réservée à nos abonnés.



Sur le même thème