Une prime « verte » grâce aux certificats de performance énergétique

Une étude produite par

Les certificats de performance énergétique ne procurent pas uniquement aux citoyens une information sur les économies d’énergie réalisées dans leur domicile, mais ils ont également un impact évident sur la valeur de leur bien, comme c’est le cas en Hollande où on relève une prime « verte » de 2,8 % sur le marché du logement. C’est ce que constate la dernière étude de la RICS, sur l’impact des labels énergétiques sur le marché du résidentiel. La RICS démontre que les acheteurs de logements sont disposés à payer davantage pour des biens qui ont été labellisés plus économes en énergie, au sein du marché résidentiel européen. Ces conclusions sont fondées sur des données venant de Hollande, un des premiers pays ayant adopté un plan de certification énergétique selon la directive de la performance énergétique européenne pour les bâtiments. Les points clé de cette démarche montrent : qu’il y a une prime associée aux biens qui affichent de hauts niveaux d’efficacité énergétique, soit 2,8 % de plus sur le prix de la transaction pour des immeubles avec des certifications A, B ou C ; que le différentiel du prix varie avec l’évaluation du label et surtout reflète les bénéfices financiers qui découlent des économies réalisées sur l’énergie, dans un nombre important d’immeubles ayant une efficacité énergétique.

Vous souhaitez lire cette étude ?

Elle est réservée à nos abonnés.



Mots-clés : RICS